Patterns de lymphadénopathie dans …

Patterns de lymphadénopathie dans ...

Patterns de lymphadénopathie dans Thoracic malignités

La classification précise de l’envahissement ganglionnaire chez un patient présentant une tumeur maligne est important. La tomodensitométrie (TDM) est la principale modalité d’imagerie tumeur maligne dans la poitrine. Il est utilisé dans la mise en scène de la maladie, le traitement de la planification, l’évaluation de la réponse, et l’estimation de pronostic. La connaissance des voies de drainage de différentes tumeurs malignes est extrêmement utile car il dirige le radiologiste aux stations nodales pertinentes. Radiologistes devraient donc être au courant des critères d’évaluation des adénopathies médiastinales, les sites des ganglions lymphatiques thoraciques, et les limites de CT.

tissus Nodal est présent dans le médiastin et est souvent vu à la poitrine CT. Il est principalement situé dans la trachée distale, carina, et principaux bronchiques (1).

Des études d’autopsie et des études CT confirment que la taille moyenne des ganglions lymphatiques normaux varient en fonction de leur région (2 -4). La majorité des études CT enregistre le diamètre de l’axe court d’un ganglion lymphatique, comme cela est la mesure la plus reproductible (3). Low paratrachéale et noeuds sous-carénaires peuvent mesurer jusqu’à 11 mm de diamètre petit axe. Nœuds dans le médiastin supérieur et de l’espace de paratrachéale élevé sont généralement plus petites et mesurent jusqu’à 7 mm. nœuds normaux hilaires et périoesophagien droit peut être jusqu’à 10 mm de diamètre, et hilaire gauche et nœuds périoesophagien peuvent être jusqu’à 7 mm de diamètre petit axe. Pour simplifier les mesures, un ganglion lymphatique dans le paratrachéale, hilaire, subcarinal, para-oesophagienne, lomboaortiques, ou d’une région sous-aortique est généralement considérée agrandie si le diamètre petit axe est supérieur ou égal à 10 mm (3, 5).

Il y a très peu de données sur la taille des ganglions lymphatiques thoraciques en dehors du médiastin. nœuds Peridiaphragmatic sont considérés comme anormaux si elle est supérieure à 5 mm de diamètre petit axe (6). Aucun critère de taille sont disponibles pour mammaire interne, inframédiastinal postérieur, et les nœuds extrapleurale, et la détection de ces nœuds doivent être considérés comme anormaux.

Il y a des limites à utiliser des critères de taille pour déterminer la présence ou l’absence de métastases ganglionnaires, car les métastases se produisent dans les ganglions de taille normale et l’élargissement nodal peut être secondaire à des affections bénignes telles que la granulomatose (7).

Évaluation du médiastin pour détecter la présence d’une maladie métastatique nodal avec du fluor-18 fluorodésoxyglucose (FDG), la tomographie par émission de positons (TEP) l’évaluation de l’activité métabolique plutôt que la taille du noeud comporte. FDG PET a été montré pour refléter l’implication métastatique plus précise que CT (8, 9). La résolution anatomique pauvres de FDG PET peut être surmonté avec CT et FDG PET fusion imagerie, de sorte que le site de l’augmentation de l’absorption au FDG PET peut être défini avec précision CT.

La classification des ganglions lymphatiques international et le système international de stadification du cancer du poumon adopté par le Comité américain mixte sur le cancer (AJCC) et l’Union Internationale Cancer Contre le (UICC) ont défini les stations des ganglions lymphatiques dans le hile et le médiastin qui sont pertinentes à la stadification du cancer du poumon (10). Ces stations peuvent être appliqués à des tumeurs du sein, de l’œsophage et de la plèvre et de lymphomes. Cependant, les régions supplémentaires des ganglions lymphatiques dans le thorax qui ne sont pas inclus dans cette nomenclature peuvent également être impliqués par des métastases tumorales.

Cet article décrit les voies de drainage normales du poumon, du sein, de l’œsophage et de la plèvre. Les sites de métastases ganglionnaires et leur pertinence dans la mise en scène sont présentés avec des exemples cliniques radiologiques. Le rôle et les limites des techniques d’imagerie, en particulier CT, sont évalués.

Les poumons ont une alimentation riche lymphatique qui se compose d’un réseau de pleurale et parenchymateuse (11). Le cours de lymphatics pleurales sur les pariétales et viscérales surfaces pleurales et de drain dans la partie médiale du poumon près du hile, où ils anastomosent avec les lymphatics parenchymateuses. Les lymphatics parenchymateuses sont situés dans le septa interlobulaires et faisceaux broncho. Multiple anastomose des canaux lymphatiques uns avec les autres avant de vider séquentiellement dans le intralobulaire, interlobulaire, lobaire, et enfin les nœuds hilaires. L’ensemble du système lymphatique efface le liquide interstitiel des poumons et élimine les particules étrangères et les antigènes. Cette voie est également responsable de la propagation de la tumeur du poumon vers le hile et ensuite dans le médiastin.

Les nœuds du hile se déversent dans le médiastin, mais les voies médiastinales sont variables et sont liés au lobe d’origine des vaisseaux lymphatiques pulmonaires. Des études sur le cancer du poumon chez les différents lobes confirment que les voies nodaux sont largement tributaires de l’origine lobaire de la tumeur (figure 1) (12, 13). La plupart des tumeurs parenchymateuses drainent vers les ganglions hilaires avant d’atteindre le médiastin. Les lésions du lobe supérieur droit principalement égouttez dans le droit paratrachéale et antérieur ganglions médiastinaux. tumeurs du lobe moyen et inférieur droit drainent principalement dans les ganglions sous-carénaires et ensuite dans le droit paratrachéale et antérieur ganglions médiastinaux. tumeurs supérieur gauche du lobe de drain à l’subaortique et les nœuds para-aortiques, et à gauche tumeurs lobe inférieur drainent vers les ganglions sous-carénaires et subaortique.

Cependant, les métastases médiastinales peuvent se produire à travers le drainage lymphatique directe qui contourne les nœuds hilaires (13, 14). Ceci est le plus souvent vu dans les lobes supérieurs. Dans de rares cas, une connexion directe peut exister entre les segments pulmonaires et le canal thoracique, ce qui permet le passage direct de la tumeur dans la circulation systémique sans atteinte ganglionnaire médiastinale (15).

Chez un patient présentant un cancer du poumon, le statut nodal détermine résécabilité chirurgicale. Le système de classification TNM pour le cancer du poumon (tableau 1) (16) définit la maladie N1 que la participation des péribronchique ipsilatéral, hilaire, ou nœuds intrapulmonaire (Fig 2). noeuds N1 se trouvent dans la réflexion pleural et correspondent à ATS stations 10-14 (10). Des cas de maladie N1 sont considérés chirurgicalement resectable en l’absence d’envahissement du médiastin par une tumeur, d’un épanchement pleural malin, nodules satellites ou des métastases. atteinte ganglionnaire médiastinale ou subcarinal Ipsilateral est classée comme maladie N2 (figure 3). Ces nœuds se trouvent en dehors de la réflexion pleural et correspondent aux ATS stations 1-9 (10). Ces cas peuvent se prêter à une intervention chirurgicale, mais le traitement implique également la chimiothérapie et irradiation. atteinte médiastinale ou hilaire controlatéral noeud et de la maladie dans les ganglions sus-claviculaires sont classés comme la maladie N3 (figure 4). Ceci est une maladie avancée, et les patients ne sont pas candidats à la chirurgie.

CT est le plus utile préopératoire, méthode non invasive d’évaluation pour lymphadénopathie thoracique. Cependant, la taille nodal ne peut pas être utilisée de manière fiable pour indiquer des métastases (7). McLoud et al (7) ont rapporté que 13% des noeuds mesurant moins de 1 cm chez les patients évalués avec un cancer du poumon étaient métastatique. Bien que la prévalence de la maladie métastatique augmente avec la taille nodale, un tiers des noeuds 2-4 cm de diamètre ont été hyperplasiques et ne contenait pas de métastases. Une méta-analyse de 20 études ont évalué la précision de la mise en scène du médiastin pour le cancer du poumon avec CT (5). Toloza et al (5) ont rapporté une sensibilité groupée pour CT de 0,57 (intervalle de confiance de 95%, de 0,49 à 0,66) et la spécificité de 0,82 (intervalle de confiance à 95%, 0,77 à 0,86). La valeur prédictive positive globale et la valeur prédictive négative étaient de 0,56 (intervalle, 0,26 à 0,84) et 0,83 (plage, 0,63 à 0,93), respectivement.

Le rôle de la poitrine CT est de permettre l’identification des ganglions lymphatiques et de documenter leur emplacement exact de sorte qu’une méthode appropriée pour la biopsie peut être choisi, comme médiastinoscopie ou cytoponction via un transbronchique, transoesophagienne ou transthoracique itinéraire.

Distinction entre les différentes stations nodales autour de l’angle trachéo droit peut être difficile à CT, comme le reflet pleural pariétal est pas visible (17). noeuds N1 se situent dans les limites de la réflexion de la plèvre et sont donc intrapulmonaire. nœuds N2 sont en dehors de la réflexion pleural et sont donc médiastinale. La réflexion pleural commence à l’origine de la bronche lobaire supérieure droite. Les ganglions lymphatiques proximal à ce bronchus devrait être considéré médiastinale dans un endroit.

résonance magnétique (IRM) est essentiellement équivalente à la TDM dans la mise en scène, bien que Crisci et al (18) ont constaté que l’administration du produit de contraste de gadolinium amélioré la précision mise en scène. L’IRM est supérieure à la TDM dans l’évaluation des tumeurs de l’apex pour l’invasion du plexus brachial ou corps vertébraux.

FDG PET a montré une amélioration significative dans la mise en scène radiologique du cancer du poumon. Une méta-analyse de 18 études (5) a démontré une sensibilité groupée de 0,84 (intervalle de confiance de 95%, de 0,78 à 0,89) et de la spécificité de 0,89 (intervalle de confiance de 95%, 0,83 à 0,93). La valeur prédictive positive globale et la valeur prédictive négative étaient 0,79 (plage, 0,40 à 1,00) et 0,93 (plage, 0,75-1,00), respectivement. Parce que l’absorption de faux positifs de FDG peut être vu avec les maladies inflammatoires et granulomateuses impliquant les ganglions lymphatiques, la confirmation pathologique de l’envahissement ganglionnaire médiastinale devrait être entreprise quand il y a augmentation de l’absorption dans les ganglions lymphatiques médiastinaux (5).

La poitrine et la peau sus-jacente sont dérivées de l’ectoderme et agissent comme une seule unité fonctionnelle (19 -21). Le drainage lymphatique du sein se fait par trois voies principales: axillaires, transpectoral et voies mammaires internes (22). Selon Sappey (23), la peau, le mamelon, tubules galactophores, et entourant la fuite des parenchyme dans le plexus sous-aréolaire, qui se divise en médial et troncs latéraux. Le tronc médial reçoit la lymphe de la poitrine inférieure. Le tronc latéral reçoit la lymphe de la poitrine supérieure. Ces deux troncs se drainent dans les ganglions lymphatiques axillaires inférieurs (figure 5). Des études menées par Tanis et al (20) décrivent également une route directe vers l’aisselle, qui peut contourner le plexus sous-aréolaire.

Les ganglions lymphatiques axillaires sont divisés en trois niveaux en fonction de leur position par rapport au pectoral (16) (figure 6). nœuds I de niveau, ou ganglions axillaires bas, se trouvent en dehors de la bordure latérale du petit pectoral. des noeuds de niveau II se situent entre médial et bordures latérales du petit pectoral et comprennent les noeuds de interpectoraux Rotter (figure 7). Niveau III noeuds sont le groupe le plus haut et se trouvent en dedans de la marge médiale du petit pectoral. nœuds intramammaires ou nœuds dans le parenchyme du sein, sont considérés comme des ganglions axillaires à des fins de mise en scène. Les ganglions axillaires se déversent dans lymphatics ce cours le long de la axillaire et contigu veine sous-clavière. De là, les vaisseaux lymphatiques peuvent drainer directement dans la confluence jugulosubclavian ou de passer d’abord à travers les vaisseaux lymphatiques jugulaires et bronchomediastinal.

Les vaisseaux lymphatiques qui drainent la poitrine médial perforent les muscles pectoraux et intercostaux et pénètrent dans les ganglions lymphatiques mammaires internes (figure 8). Les noeuds et lymphatiques mammaires internes se trouvent dans les espaces intercostaux le long des marges du sternum et sont habituellement présents dans le cinquième espace intercostal aux clavicules. Rarement, le parenchyme du sein peut se décharger directement dans les noeuds supraclaviculaires. Lorsque la tumeur obstrue le flux lymphatique normal, les voies collatérales ouvertes. Ceux-ci comprennent mammaire interne controlatéral et les vaisseaux lymphatiques médiastinaux. Étaler à travers la gaine du muscle grand droit de l’abdomen du plexus sous-diaphragmatiques et sous-péritonéale peut conduire à se propager vers le foie et les ganglions rétropéritonéaux.

Chez les patients atteints d’un cancer du sein, le statut des ganglions lymphatiques est l’un des facteurs pronostiques les plus importants (16). Le système de classification TNM pour le cancer du sein (tableau 2) classe les ganglions axillaires mobiles comme N1. La confirmation de la maladie N1 nécessite une chimiothérapie et / ou une hormonothérapie, en plus de la chirurgie. ganglions axillaires qui sont fixés les uns aux autres ou à des structures adjacentes sont classées comme N2. La confirmation de la maladie N2 nécessite chimiothérapie et la radiothérapie, en plus de la chirurgie. D’autres subdivisions dépendent du nombre de ganglions axillaires positifs. maladie interne ipsilatéral Isolated mammaire nodal est défini comme N2. Si les deux axillaires et internes ganglions mammaires sont impliqués, cela est défini comme N3 (16). Maladie impliquant des noeuds infraclaviculaires et supraclaviculaires est également définie comme N3. La chimiothérapie préopératoire est nécessaire en cas de maladie N3.

Chez les patients présentant de petites tumeurs et axillaire cliniquement négative, préopératoire imagerie du ganglion sentinelle est utile pour limiter la portée de l’intervention chirurgicale (24 -26). Ce noeud peut être imagée par injection radiocolloïdes technétium-99m ou un colorant bleu dans ou à proximité de la tumeur (21). Le noeud ganglionnaire axillaire ou sentinelle première vidange est identifiée et réséqué. Si ce noeud est libre de la tumeur, en outre la dissection est pas effectuée.

CT n’a pas actuellement un rôle dans la mise en scène préopératoire de chaque patient avec un cancer du sein nouvellement diagnostiqué. La sensibilité de la CT pour les métastases axillaires est rapporté que seulement 50% à 60% (27, 28). CT est utilisé dans l’évaluation d’un patient avec une grande tumeur ou avec des noeuds palpable, axillaires fixe, où il y a une forte suspicion de la maladie métastatique occulte.

Amélioration de la précision a été obtenue en utilisant mince section CT chez les patients couchés sur le ventre (29). identification CT du ganglion sentinelle a également montré une bonne corrélation avec dye- et gamma sentinelle biopsie ganglionnaire sonde guidée (30). Ceci est défini au CT comme ganglionnaire la plus inférieure adjacente aux vaisseaux thoraciques latérales.

Les lymphomes sont un groupe diversifié de troubles néoplasiques. Ils sont divisés en Hodgkin (caractérisées par la présence de cellules de Reed-Sternberg) et un lymphome non hodgkinien. D’autres subdivisions dépendent du type histologique. Un certain nombre de classifications pathologiques ont été décrits. La classification la plus à jour et largement utilisé est la version révisée Classification combinée européenne-américaine de lymphoïdes Tumeurs (REAL) / World Health Organization Classification des lymphoïdes Tumeurs (31).

Plus de 80% des patients atteints de la maladie de Hodgkin ont une atteinte intrathoracique à la présentation initiale (32). Dans le thorax, la maladie de Hodgkin implique le plus souvent les régions médiastinaux et paratrachéaux antérieures (figure 9) et tend à se propager à des groupes nodaux contigus. Le subcarinal, peridiaphragmatic, périoesophagien, et les ganglions mammaires internes sont impliqués dans l’ordre décroissant de fréquence. Dans la plupart des patients, deux ou plusieurs groupes nodaux sont impliqués lors de la présentation initiale. implication hilaire isolée est rare et devrait évoquer un autre diagnostic.

le lymphome non hodgkinien est un groupe plus hétérogène de maladies, et l’implication thoracique est présent dans 45% des cas (33). Il est difficile de différencier la maladie de Hodgkin d’un lymphome non hodgkinien, sur la base de la distribution nodale seul. Le paratrachéale et ganglions médiastinaux antérieurs sont encore des sites les plus communs de la participation pour le lymphome non hodgkinien (figure 10). D’autres sites communs, en ordre décroissant de fréquence, sont les subcarinal, hilaire (figure 10), postérieure médiastinale (lomboaortiques, paravertébrale et inframédiastinal postérieur), et les nœuds péricardiques (33).

classification histopathologique et la taille de la tumeur sont des facteurs pronostiques les plus importants pour le lymphome non hodgkinien. Dans les deux cas la maladie de Hodgkin et le lymphome non hodgkinien, une maladie nodale station unique est défini comme l’étape 1. noeuds multiples confiné à une zone du corps tel que la poitrine, sont définis comme l’étape 2, et de la maladie sur les deux côtés du diaphragme est défini comme étape 3. implication viscérale est considérée comme l’étape 4. La qualité et le volume de la tumeur est de déterminer si un traitement avec une chimiothérapie, une radiothérapie, ou une combinaison. description précise de l’étendue de la maladie est importante pour la planification de la radiothérapie. Grande adénopathies médiastinales ou d’une maladie volumineuse est définie comme la présence d’une masse médiastinale supérieure à 10 cm de diamètre transversal ou supérieur à un tiers du diamètre thoracique (mesuré au niveau de la membrane). Adénopathies médiastinales grande est associée à un risque accru de rechute et nécessite donc à la fois une chimiothérapie et une radiothérapie, indépendamment du grade de la tumeur (16).

la maladie récurrente est fréquente dans les ganglions lymphatiques mammaires péricardiques et internes, car ceux-ci ne sont généralement pas inclus dans le champ de rayonnement. L’implication des ganglions lymphatiques médiastinaux postérieure est associée à la plèvre, inframédiastinal postérieur et la maladie rétropéritonéale (figure 10). la maladie nodale peut également se produire dans l’espace extrapleural, en particulier chez les patients atteints d’un lymphome non hodgkinien (34). Il y a souvent un épanchement pleural d’associé secondaire à une tumeur maligne ou une obstruction des vaisseaux lymphatiques pleuraux. Lymphe noeud calcification avant le traitement est inhabituel (0,84% des cas), mais a été associée à une maladie agressive hodgkinien ou non hodgkinien lymphome (35). Après le traitement, les ganglions lymphatiques malades peuvent présenter des calcifications irrégulières ou coquille d’oeuf à CT.

L’oesophage est divisé en parties cervicales et thoraciques. L’œsophage cervical commence au niveau de la marge inférieure du cartilage cricoïde et se termine à l’entrée thoracique. L’œsophage thoracique étend depuis l’entrée thoracique à la jonction gastro-oesophagienne et est divisé en trois régions (36). La partie thoracique supérieure se prolonge depuis l’entrée thoracique (au niveau de la fourchette sternale) à la carina. La partie midthoracic étend de la carina juste au-dessus de la jonction gastro-oesophagien. L’oesophage inférieur comprend l’oesophage intraabdominal et la jonction gastro-oesophagien.

Les lymphatiques oesophagiennes forment un ininterrompues plexus sous-muqueux denses autour de l’œsophage (37, 38). En général, les vaisseaux lymphatiques des deux tiers supérieurs de la direction céphalique de drain oesophage. Les vaisseaux lymphatiques du tiers inférieur drainent caudale vers l’abdomen. lymphatics oesophagiennes également communiquer directement avec le canal thoracique voisins à de multiples niveaux. À la suite de ce vaste système de drainage, sauter des métastases sont fréquentes, de sorte que la maladie nodale apparaît sur les sites distants sans envahissement ganglionnaire intermédiaire (37). propagation Nodal des tumeurs de l’œsophage supérieur et moyen implique souvent des ganglions lymphatiques paratrachéaux. Les sites les plus fréquents de la propagation nodal pour les cancers de l’oesophage inférieur sont les ganglions lymphatiques de la petite courbure et artère gastrique gauche (nœuds de ligament gastrohépatiques).

propagation Nodal de tumeurs œsophagiennes peut être étendue à la présentation clinique initiale (figure 11). Le système de classification TNM pour le cancer de l’œsophage (tableau 3) reflète le flux lymphatique longitudinal bidirectionnel le long de l’œsophage. Il est essentiel d’évaluer l’ensemble du thorax de l’entrée thoracique de l’abdomen supérieur (figure 12) chez tous les patients atteints d’un cancer de l’œsophage, car la détection et la confirmation de la maladie nodale régionale nécessite l’ajout d’un traitement radiochimiothérapie à la chirurgie. Les nœuds régionaux spécifiques pour les tumeurs de l’oesophage cervical comprennent supraclaviculaires, jugulaire interne, cervicale supérieure et inférieure, et les nœuds périoesophagien. nœuds régionaux pour les tumeurs de l’œsophage thoracique sont les paratrachéale, périoesophagien, et les nœuds sous-carénaires (ci-dessous la veine azygos). Pour les tumeurs de jonction gastro-oesophagien, les nœuds régionaux comprennent des noeuds adjacents au diaphragme, le péricarde, artère gastrique gauche (ligament gastrohépatiques) et artère coeliaque (16). Pour toutes les tumeurs œsophagiennes intrathoraciques, supraclaviculaire et coeliaque axe ganglionnaire est classée comme une maladie métastatique à distance (16), et exclut toute intervention chirurgicale.

Des études de taille normale des ganglions lymphatiques ont constaté que les ganglions normaux paraoesophagiennes mesurent jusqu’à 1 cm de diamètre (3). Toutefois, les données les plus récentes suggèrent que cela est une surestimation. Schroder et al (39) a réalisé une étude histopathologique des spécimens du curage ganglionnaire de patients atteints de cancer de l’œsophage. Ils ont analysé un total de 1,196 ganglions lymphatiques, dont 129 (10,8%) étaient malignes, et n’a trouvé aucune corrélation significative entre la taille des ganglions lymphatiques et de la fréquence des métastases ganglionnaires. La taille moyenne des noeuds non métastatiques était de 5 mm. La taille moyenne des ganglions métastatiques était de 6,7 mm, et seulement 12% des noeuds métastatiques étaient supérieurs à 10 mm de diamètre. Dhar et al (40) ont rapporté que les patients atteints de la lymphe métastatique noeuds inférieure à 10 mm de diamètre grand axe était significativement meilleure survie globale et spécifique au cancer que les patients atteints de la lymphe métastatique nœuds de plus de 10 mm de diamètre à l’analyse histopathologique, après exérèse chirurgicale.

échographie Endoluminal a amélioré la précision dans l’évaluation des métastases des ganglions lymphatiques locaux par rapport à CT (80% contre 51%) (41). Cependant, les patients soupçonnés d’avoir des métastases à distance sont mieux évalués avec CT du thorax et de l’abdomen (41).

Mésothéliome pleural malin

mésothéliome pleural malin survient dans le pariétale et la plèvre diaphragmatique. La propagation naturelle du mésothéliome est aux poumons par la plèvre viscérale et par extension locale dans la paroi thoracique et le diaphragme (42).

Les lymphatiques pleurales antérieures se déversent dans les ganglions lymphatiques internes mammaires de dans le thorax supérieur et intermédiaire (figure 13) et les ganglions lymphatiques peridiaphragmatic dans le thorax inférieur. Les lymphatiques pleurales postérieures se déversent dans les ganglions lymphatiques extrapleurale, qui se trouvent dans la graisse extrapleural paraspinal adjacentes aux têtes de nervure (figure 14) (43).

Le diaphragme, qui est couramment impliquée dans le mésothéliome, possède un riche réseau lymphatique qui communique entre le thorax et le péritoine. Les antérieurs et diaphragme latéral lymphatics se déversent dans la mammaire interne et antérieure des ganglions lymphatiques peridiaphragmatic. Les lymphatiques du diaphragme postérieur se déversent dans les ganglions lymphatiques para-aortiques et les ganglions du médiastin postérieur. Postérieur lymphatics médiastinales drainent supérieurement et communiquent avec les vaisseaux lymphatiques médiastin moyen. Ils peuvent également drainer inférieurement et impliquer les vaisseaux lymphatiques du ligament et coeliaque axe gastrohépatiques (44).

Un système de classification TNM pour le mésothéliome malin (tableau 4) a été proposé par le Groupe d’intérêt mésothéliome international (45). la maladie N1 comprend la participation de hilaires ou bronchopulmonaires nœuds ipsilatérales (lobaire, interlobaires, et les ganglions segmentaires). la maladie N2 comprend ganglions médiastinaux sous-carénaires et homolatéraux, y compris les ganglions mammaires internes. la maladie N3 comprend ganglions mammaires médiastinales ou internes controlatéral et tous les nœuds supraclaviculaires (figure 14). Le système de mise en scène est d’une valeur limitée, car la plupart des patients présentent une maladie avancée. Cependant, il existe un sous-ensemble de patients qui bénéficient de la chirurgie et de la chimiothérapie suivi (46). Ces patients ont histologie épithéliale et aucun signe de noeuds extrapleurale, défini comme ganglions médiastinaux ou peridiaphragmatic (figure 14a). La détection de ces ganglions lymphatiques au CT pourrait influencer la prise en charge de ce groupe de patients.

Il existe différentes voies de drainage lymphatique dans le thorax qui sont pertinentes dans la stadification du cancer du poumon, le cancer du sein, le lymphome, cancer de l’œsophage, et le mésothéliome malin. Il est important d’évaluer soigneusement les stations nodales spécifiques qui drainent les structures thoraciques à partir de laquelle une tumeur primaire est originaire afin de bien rechercher la dissémination métastatique. En raison des limites des critères de taille pour prédire le statut ganglionnaire, la confirmation pathologique est essentielle pour une véritable mise en scène. CT est utile pour guider le chirurgien ou interventionnel à l’approche la plus appropriée pour l’échantillonnage nodal. FDG PET, en particulier lorsqu’il est fusionné avec CT, a un rôle croissant dans la détection de la présence de la maladie dans les ganglions lymphatiques qui apparaissent normale au CT seul. Cependant, le rôle de l’imagerie radiologique va au-delà stadification initiale et l’orientation interventionnelle et comprend l’évaluation post-traitement et la détection de la maladie récurrente. Par conséquent, il est essentiel, à tous les niveaux de l’imagerie du cancer, afin d’identifier les régions des ganglions lymphatiques concernés et les relier à la tumeur primaire.

La figure 1a. Schémas de l’anatomie axiale de la poitrine montrent les ganglions lymphatiques et les voies de drainage pour le cancer du poumon chez les différents lobes du poumon. Toutes les tumeurs drainent vers les ganglions interlobaires et hilaires. Les voies séparées de drainage pour les tumeurs du lobe supérieur droit (nœuds noirs), lobe moyen (noeuds gris foncé), lobe inférieur droit (nœuds rayés), à gauche lobe supérieur (nœuds hachurées), et à gauche lobe inférieur (nœuds en pointillés) sont représentés . Les stations de l’American Thoracic Society (ATS) correspondants sont marqués. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les nœuds paratrachéaux gauche (LPTN) (Gare ATS 2L) et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN) (Gare ATS 2R). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les nœuds paratrachéaux gauche (LPTN) (Gare ATS 4L), les nœuds paratrachéaux droite (RPTN) (ATS station de 4R), et les nœuds subaortique (SAN) (Gare ATS 5). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, SVC = Veine cave supérieure, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les ganglions hilaires (HN) (Station de ATS 10), les nœuds interlobaires (ILN) (Station de ATS 11), les nœuds lobaires (LN) (Gare ATS 12), et les ganglions sous-carénaires (SCN) (Gare ATS 7). Ao = Aorte, BI = Bronchus intermedius, LMB = Gauche bronche principale, LPA = Gauche artère pulmonaire, LULB = Gauche bronche lobaire supérieure, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RPA = Artère pulmonaire droite, SPV = Veine pulmonaire supérieure, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre le noeud gauche du ligament pulmonaire inférieure (LIPLN) (Gare ATS 9) et à droite noeud du ligament pulmonaire inférieure (RIPLN) (Gare ATS 9). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit.

Figure 1b. Schémas de l’anatomie axiale de la poitrine montrent les ganglions lymphatiques et les voies de drainage pour le cancer du poumon chez les différents lobes du poumon. Toutes les tumeurs drainent vers les ganglions interlobaires et hilaires. Les voies séparées de drainage pour les tumeurs du lobe supérieur droit (nœuds noirs), lobe moyen (noeuds gris foncé), lobe inférieur droit (nœuds rayés), à gauche lobe supérieur (nœuds hachurées), et à gauche lobe inférieur (nœuds en pointillés) sont représentés . Les stations de l’American Thoracic Society (ATS) correspondants sont marqués. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les nœuds paratrachéaux gauche (LPTN) (Gare ATS 2L) et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN) (Gare ATS 2R). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les nœuds paratrachéaux gauche (LPTN) (Gare ATS 4L), les nœuds paratrachéaux droite (RPTN) (ATS station de 4R), et les nœuds subaortique (SAN) (Gare ATS 5). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, SVC = Veine cave supérieure, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les ganglions hilaires (HN) (Station de ATS 10), les nœuds interlobaires (ILN) (Station de ATS 11), les nœuds lobaires (LN) (Gare ATS 12), et les ganglions sous-carénaires (SCN) (Gare ATS 7). Ao = Aorte, BI = Bronchus intermedius, LMB = Gauche bronche principale, LPA = Gauche artère pulmonaire, LULB = Gauche bronche lobaire supérieure, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RPA = Artère pulmonaire droite, SPV = Veine pulmonaire supérieure, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre le noeud gauche du ligament pulmonaire inférieure (LIPLN) (Gare ATS 9) et à droite noeud du ligament pulmonaire inférieure (RIPLN) (Gare ATS 9). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit.

Figure 1c. Schémas de l’anatomie axiale de la poitrine montrent les ganglions lymphatiques et les voies de drainage pour le cancer du poumon chez les différents lobes du poumon. Toutes les tumeurs drainent vers les ganglions interlobaires et hilaires. Les voies séparées de drainage pour les tumeurs du lobe supérieur droit (nœuds noirs), lobe moyen (noeuds gris foncé), lobe inférieur droit (nœuds rayés), à gauche lobe supérieur (nœuds hachurées), et à gauche lobe inférieur (nœuds en pointillés) sont représentés . Les stations de l’American Thoracic Society (ATS) correspondants sont marqués. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les nœuds paratrachéaux gauche (LPTN) (Gare ATS 2L) et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN) (Gare ATS 2R). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les nœuds paratrachéaux gauche (LPTN) (Gare ATS 4L), les nœuds paratrachéaux droite (RPTN) (ATS station de 4R), et les nœuds subaortique (SAN) (Gare ATS 5). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, SVC = Veine cave supérieure, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les ganglions hilaires (HN) (Station de ATS 10), les nœuds interlobaires (ILN) (Station de ATS 11), les nœuds lobaires (LN) (Gare ATS 12), et les ganglions sous-carénaires (SCN) (Gare ATS 7). Ao = Aorte, BI = Bronchus intermedius, LMB = Gauche bronche principale, LPA = Gauche artère pulmonaire, LULB = Gauche bronche lobaire supérieure, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RPA = Artère pulmonaire droite, SPV = Veine pulmonaire supérieure, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre le noeud gauche du ligament pulmonaire inférieure (LIPLN) (Gare ATS 9) et à droite noeud du ligament pulmonaire inférieure (RIPLN) (Gare ATS 9). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit.

Figure 1d. Schémas de l’anatomie axiale de la poitrine montrent les ganglions lymphatiques et les voies de drainage pour le cancer du poumon chez les différents lobes du poumon. Toutes les tumeurs drainent vers les ganglions interlobaires et hilaires. Les voies séparées de drainage pour les tumeurs du lobe supérieur droit (nœuds noirs), lobe moyen (noeuds gris foncé), lobe inférieur droit (nœuds rayés), à gauche lobe supérieur (nœuds hachurées), et à gauche lobe inférieur (nœuds en pointillés) sont représentés . Les stations de l’American Thoracic Society (ATS) correspondants sont marqués. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les nœuds paratrachéaux gauche (LPTN) (Gare ATS 2L) et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN) (Gare ATS 2R). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les nœuds paratrachéaux gauche (LPTN) (Gare ATS 4L), les nœuds paratrachéaux droite (RPTN) (ATS station de 4R), et les nœuds subaortique (SAN) (Gare ATS 5). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, SVC = Veine cave supérieure, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les ganglions hilaires (HN) (Station de ATS 10), les nœuds interlobaires (ILN) (Station de ATS 11), les nœuds lobaires (LN) (Gare ATS 12), et les ganglions sous-carénaires (SCN) (Gare ATS 7). Ao = Aorte, BI = Bronchus intermedius, LMB = Gauche bronche principale, LPA = Gauche artère pulmonaire, LULB = Gauche bronche lobaire supérieure, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RPA = Artère pulmonaire droite, SPV = Veine pulmonaire supérieure, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre le noeud gauche du ligament pulmonaire inférieure (LIPLN) (Gare ATS 9) et à droite noeud du ligament pulmonaire inférieure (RIPLN) (Gare ATS 9). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit.

Figure 2. Adénocarcinome du lobe supérieur gauche d’une femme de 60 ans. CT scan montre un noeud de 3 cm de diamètre hilaire gauche (station de ATS 10) (flèche). À lobectomy, ce noeud contient un tissu tumoral, alors que tous les autres noeuds se sont révélés négatifs. Cette constatation correspond à la maladie N1.

La figure 3. Adénocarcinome du lobe supérieur gauche chez un homme de 66 ans. tomodensitométrie obtenue au niveau de la fenêtre aortopulmonaire montre un nœud de subaortique 7 mm de diamètre (poste 5 ATS) (flèche), qui est située latéralement à un ligament artériel calcifié (tête de flèche). Le tissu tumoral noeud contenu à thoracotomie, une conclusion cohérente avec la maladie N2. * = Adénocarcinomes.

La figure 4. Adénocarcinome des lobes supérieur et moyen droite chez un homme de 35 ans. CT scan obtenu au niveau de la fenêtre aorto montre l’amélioration de bas nœuds paratrachéaux droite (ATS Station 4R) (flèche), noeuds subaortique (stations ATS 5) (flèches droites), et bas à gauche (controlatéral) nœuds paratrachéaux (poste ATS 4L) (flèche courbe). Les noeuds subaortique contenaient du tissu tumoral à antérieure mediastinotomy parasternale. Par conséquent, le patient a une maladie N3, ce qui est inexploitable. * = Adénocarcinomes.

Figure 5a. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage (nœuds noirs) du cancer du sein à l’axillaire, mammaire interne, et les ganglions lymphatiques supraclaviculaires. E = Œsophage, Tr = Trachée. (une) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). scalène antérieur / nœuds supraclaviculaires (Asscn). et les nœuds pectorales (PN). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite. (B) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). nœuds pectorales (PN). et des noeuds de la chaîne de sous-clavière (SCCN). LCCA = Gauche artère carotide commune, LJSCC = Gauche confluence jugulosubclavian, LSCA = Gauche artère sous-clavière, LSCV = Gauche veine sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RJSCC = Confluence jugulosubclavian droite, RSCV = Droite veine sous-clavière, TD = Canal thoracique. (C) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). mammaire interne / nœuds retromanubrial (IMRMN). et les nœuds pectorales (PN). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, TD = Canal thoracique.

La figure 5b. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage (nœuds noirs) du cancer du sein à l’axillaire, mammaire interne, et les ganglions lymphatiques supraclaviculaires. E = Œsophage, Tr = Trachée. (une) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). scalène antérieur / nœuds supraclaviculaires (Asscn). et les nœuds pectorales (PN). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite. (B) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). nœuds pectorales (PN). et des noeuds de la chaîne de sous-clavière (SCCN). LCCA = Gauche artère carotide commune, LJSCC = Gauche confluence jugulosubclavian, LSCA = Gauche artère sous-clavière, LSCV = Gauche veine sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RJSCC = Confluence jugulosubclavian droite, RSCV = Droite veine sous-clavière, TD = Canal thoracique. (C) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). mammaire interne / nœuds retromanubrial (IMRMN). et les nœuds pectorales (PN). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, TD = Canal thoracique.

La figure 5c. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage (nœuds noirs) du cancer du sein à l’axillaire, mammaire interne, et les ganglions lymphatiques supraclaviculaires. E = Œsophage, Tr = Trachée. (une) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). scalène antérieur / nœuds supraclaviculaires (Asscn). et les nœuds pectorales (PN). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite. (B) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). nœuds pectorales (PN). et des noeuds de la chaîne de sous-clavière (SCCN). LCCA = Gauche artère carotide commune, LJSCC = Gauche confluence jugulosubclavian, LSCA = Gauche artère sous-clavière, LSCV = Gauche veine sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RJSCC = Confluence jugulosubclavian droite, RSCV = Droite veine sous-clavière, TD = Canal thoracique. (C) Le diagramme montre les ganglions axillaires (UN). mammaire interne / nœuds retromanubrial (IMRMN). et les nœuds pectorales (PN). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, TD = Canal thoracique.

La figure 6. Le diagramme montre le drainage lymphatique du sein droit. Les nœuds axillaires sont divisés en trois niveaux en fonction de leurs positions par rapport au pectoral.

La figure 7. le cancer du sein métastatique chez une femme de 68 ans. CT scan obtenu au niveau de la crosse aortique montre adénopathies gauche axillaires qui sont situés en dehors de la pectoral musculaire (niveau I) (flèche blanche) et dans l’espace interpectoraux (niveau II) (flèche noire). Les noeuds contenaient un tissu tumoral, un résultat défini comme la maladie N1.

Figure 8. Le cancer du sein chez une femme de 72 ans. CT scan obtenu au niveau des gros vaisseaux montre plusieurs nœuds subpectoral gauche (niveau II) (flèche blanche), un nœud mammaire interne gauche (flèche noire), et un noeud paratrachéale droite (flèche). Un épanchement pleural gauche et de multiples métastases pulmonaires sont également présents. Ces résultats sont définis comme la maladie de stade IV en raison des métastases pulmonaires.

Figure 9a. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage intrathoraciques (nœuds noirs) pour le lymphome. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les mammaires / nœuds retromanubrial internes (IMRMN). noeud bronchomediastinal gauche du tronc (LBMTN). noeud paratrachéale gauche (LPTN). noeud preaortocarotid (PACN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). droit noeud angle brachiocéphalique (RBCAN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les ganglions mammaires internes (IMN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit. (E) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN). nœuds extrapleurale (EPN). ligamentaires / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN). et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte.

Figure 9b. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage intrathoraciques (nœuds noirs) pour le lymphome. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les mammaires / nœuds retromanubrial internes (IMRMN). noeud bronchomediastinal gauche du tronc (LBMTN). noeud paratrachéale gauche (LPTN). noeud preaortocarotid (PACN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). droit noeud angle brachiocéphalique (RBCAN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les ganglions mammaires internes (IMN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit. (E) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN). nœuds extrapleurale (EPN). ligamentaires / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN). et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte.

Figure 9c. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage intrathoraciques (nœuds noirs) pour le lymphome. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les mammaires / nœuds retromanubrial internes (IMRMN). noeud bronchomediastinal gauche du tronc (LBMTN). noeud paratrachéale gauche (LPTN). noeud preaortocarotid (PACN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). droit noeud angle brachiocéphalique (RBCAN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les ganglions mammaires internes (IMN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit. (E) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN). nœuds extrapleurale (EPN). ligamentaires / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN). et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte.

Figure 9d. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage intrathoraciques (nœuds noirs) pour le lymphome. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les mammaires / nœuds retromanubrial internes (IMRMN). noeud bronchomediastinal gauche du tronc (LBMTN). noeud paratrachéale gauche (LPTN). noeud preaortocarotid (PACN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). droit noeud angle brachiocéphalique (RBCAN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les ganglions mammaires internes (IMN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit. (E) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN). nœuds extrapleurale (EPN). ligamentaires / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN). et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte.

Figure 9e. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage intrathoraciques (nœuds noirs) pour le lymphome. E = Œsophage, TD = Canal thoracique. (une) Le diagramme montre les mammaires / nœuds retromanubrial internes (IMRMN). noeud bronchomediastinal gauche du tronc (LBMTN). noeud paratrachéale gauche (LPTN). noeud preaortocarotid (PACN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). droit noeud angle brachiocéphalique (RBCAN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, LCCA = Gauche artère carotide commune, LSCA = Gauche artère sous-clavière, RBCA = Droite artère brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les ganglions mammaires internes (IMN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud phrénique droit (RPN). et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud phrénique gauche (LPN). périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure. (ré) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit. (E) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN). nœuds extrapleurale (EPN). ligamentaires / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN). et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte.

Figure 10a. lymphome non hodgkinien chez un homme de 66 ans. (une) CT scan obtenu au niveau des gros vaisseaux montre axillaire bilatérale, paratrachéale droite (flèche blanche), mammaire interne gauche (flèche noire) et antérieure (arrowhead) ganglions médiastinaux. (B) tomodensitométrie obtenue au niveau de l’artère pulmonaire principale montre un noeud mammaire interne gauche. Droit hilaire (flèche) et subcarinal (flèche) lymphadénopathie et épanchements pleuraux bilatéraux sont également présents. (C) CT scan obtenu au niveau du septum interventriculaire montre nœuds de graisse péricardique élargie (flèche noire). tissus mous dans l’espace extrapleural (flèches blanches) et des épanchements pleuraux bilatéraux sont également présents.

Figure 10b. lymphome non hodgkinien chez un homme de 66 ans. (une) CT scan obtenu au niveau des gros vaisseaux montre axillaire bilatérale, paratrachéale droite (flèche blanche), mammaire interne gauche (flèche noire) et antérieure (arrowhead) ganglions médiastinaux. (B) tomodensitométrie obtenue au niveau de l’artère pulmonaire principale montre un noeud mammaire interne gauche. Droit hilaire (flèche) et subcarinal (flèche) lymphadénopathie et épanchements pleuraux bilatéraux sont également présents. (C) CT scan obtenu au niveau du septum interventriculaire montre nœuds de graisse péricardique élargie (flèche noire). tissus mous dans l’espace extrapleural (flèches blanches) et des épanchements pleuraux bilatéraux sont également présents.

La figure 10c. lymphome non hodgkinien chez un homme de 66 ans. (une) CT scan obtenu au niveau des gros vaisseaux montre axillaire bilatérale, paratrachéale droite (flèche blanche), mammaire interne gauche (flèche noire) et antérieure (arrowhead) ganglions médiastinaux. (B) tomodensitométrie obtenue au niveau de l’artère pulmonaire principale montre un noeud mammaire interne gauche. Droit hilaire (flèche) et subcarinal (flèche) lymphadénopathie et épanchements pleuraux bilatéraux sont également présents. (C) CT scan obtenu au niveau du septum interventriculaire montre nœuds de graisse péricardique élargie (flèche noire). tissus mous dans l’espace extrapleural (flèches blanches) et des épanchements pleuraux bilatéraux sont également présents.

Figure 11a. diagrammes axiaux montrent les voies de drainage régionales (nœuds noirs) pour le cancer de l’œsophage. nœuds supraclaviculaires sont considérés comme des nœuds régionaux (N1) pour les tumeurs qui proviennent à l’œsophage cervical, mais représentent la maladie à distance (M1) pour les tumeurs œsophagiennes intrathoraciques. E = Œsophage. (une) Le diagramme montre les scalènes / nœuds supraclaviculaires antérieures (Asscn) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN) et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, TD = Canal thoracique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN) et le noeud subcarinal (SCN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure, TD = Canal thoracique. (ré) Le diagramme montre les ligaments / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, TD = Canal thoracique.

Figure 11b. diagrammes axiaux montrent les voies de drainage régionales (nœuds noirs) pour le cancer de l’œsophage. nœuds supraclaviculaires sont considérés comme des nœuds régionaux (N1) pour les tumeurs qui proviennent à l’œsophage cervical, mais représentent la maladie à distance (M1) pour les tumeurs œsophagiennes intrathoraciques. E = Œsophage. (une) Le diagramme montre les scalènes / nœuds supraclaviculaires antérieures (Asscn) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN) et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, TD = Canal thoracique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN) et le noeud subcarinal (SCN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure, TD = Canal thoracique. (ré) Le diagramme montre les ligaments / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, TD = Canal thoracique.

Figure 11c. diagrammes axiaux montrent les voies de drainage régionales (nœuds noirs) pour le cancer de l’œsophage. nœuds supraclaviculaires sont considérés comme des nœuds régionaux (N1) pour les tumeurs qui proviennent à l’œsophage cervical, mais représentent la maladie à distance (M1) pour les tumeurs œsophagiennes intrathoraciques. E = Œsophage. (une) Le diagramme montre les scalènes / nœuds supraclaviculaires antérieures (Asscn) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN) et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, TD = Canal thoracique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN) et le noeud subcarinal (SCN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure, TD = Canal thoracique. (ré) Le diagramme montre les ligaments / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, TD = Canal thoracique.

Figure 11d. diagrammes axiaux montrent les voies de drainage régionales (nœuds noirs) pour le cancer de l’œsophage. nœuds supraclaviculaires sont considérés comme des nœuds régionaux (N1) pour les tumeurs qui proviennent à l’œsophage cervical, mais représentent la maladie à distance (M1) pour les tumeurs œsophagiennes intrathoraciques. E = Œsophage. (une) Le diagramme montre les scalènes / nœuds supraclaviculaires antérieures (Asscn) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN) et les nœuds paratrachéaux droite (RPTN). AA = Arc aortique, LBCV = Gauche veine brachiocéphalique, RBCV = Droite veine brachiocéphalique, TD = Canal thoracique, Tr = Trachée. (C) Le diagramme montre les périoesophagien / ganglions médiastin postérieur (PEPMN) et le noeud subcarinal (SCN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure, TD = Canal thoracique. (ré) Le diagramme montre les ligaments / ganglions cœliaques gastrohépatiques (GHLCN) et les ganglions médiastin périoesophagien / postérieures (PEPMN). Ao = Aorte, TD = Canal thoracique.

La figure 12. carcinome œsophagien inférieur chez un homme de 71 ans. tomodensitométrie obtenu au niveau du ligament falciforme montre plusieurs noeuds gastrohépatiques ligament (flèche), qui contient un tissu tumoral. Ces nœuds sont définis comme la maladie lointaine pour les tumeurs œsophagiennes intrathoraciques mais comme nœuds régionaux pour les tumeurs qui proviennent à la jonction gastro-oesophagien.

Figure 13a. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage régionales (nœuds noirs) pour le mésothéliome malin. E = Œsophage. (une) Le diagramme montre les scalènes / nœuds supraclaviculaires antérieures (Asscn). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure, TD = Canal thoracique. (C) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit, TD = Canal thoracique. (ré) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN) et les nœuds extrapleurale (EPN). Ao = Aorte.

Figure 13b. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage régionales (nœuds noirs) pour le mésothéliome malin. E = Œsophage. (une) Le diagramme montre les scalènes / nœuds supraclaviculaires antérieures (Asscn). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure, TD = Canal thoracique. (C) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit, TD = Canal thoracique. (ré) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN) et les nœuds extrapleurale (EPN). Ao = Aorte.

Figure 13c. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage régionales (nœuds noirs) pour le mésothéliome malin. E = Œsophage. (une) Le diagramme montre les scalènes / nœuds supraclaviculaires antérieures (Asscn). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure, TD = Canal thoracique. (C) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit, TD = Canal thoracique. (ré) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN) et les nœuds extrapleurale (EPN). Ao = Aorte.

Figure 13d. diagrammes axiaux montrent les principales voies de drainage régionales (nœuds noirs) pour le mésothéliome malin. E = Œsophage. (une) Le diagramme montre les scalènes / nœuds supraclaviculaires antérieures (Asscn). ASM = Antérieure muscle scalène, LCCA = Gauche artère carotide commune, LJV = Gauche veine jugulaire interne, CRAC = Droite artère carotide commune, RJV = Veine jugulaire interne droite, Tr = Trachée. (B) Le diagramme montre les nœuds extrapleurale (EPN). ganglions mammaires internes (IMN). noeud lobaire (LN). noeud subcarinal (SCN). et le noeud segmentaire (SN). AA = Aorte ascendante, Ao = Aorte, LMB = Gauche bronche principale, Pennsylvanie = Artère pulmonaire, RMB = Bronche principale droite, RPA = Artère pulmonaire droite, SVC = Veine cave supérieure, TD = Canal thoracique. (C) Le diagramme montre les nœuds de graisse péricardique (PCFN). Ao = Aorte, CS = Sinus coronaire, ECF = Graisse épicardique, LV = Ventricule gauche, PCF = Graisse péricardique, RA = Oreillette droite, RV = Ventricule droit, TD = Canal thoracique. (ré) Le diagramme montre les nœuds peridiaphragmatic antérieures (APDN) et les nœuds extrapleurale (EPN). Ao = Aorte.

Figure 14a. Le mésothéliome malin chez un homme de 56 ans. (une) tomodensitométrie obtenue au niveau de l’oreillette gauche indique un ganglion lymphatique 4 mm de diamètre dans l’espace extrapleurale gauche (flèche). (B) CT scan obtenu au niveau de l’clavicules montre un 2 cm de diamètre gauche supraclavicular noeud (flèche), qui a été confirmé être métastatique. Cette constatation est définie comme la maladie N3. (C) tomodensitométrie obtenu au niveau du septum interventriculaire montre une grappe de noeuds améliorant peridiaphragmatic gauche (flèche). Notez le, l’amélioration, l’épaississement pleural nodulaire irrégulière et l’épanchement pleural cloisonnée.

Figure 14b. Le mésothéliome malin chez un homme de 56 ans. (une) tomodensitométrie obtenue au niveau de l’oreillette gauche indique un ganglion lymphatique 4 mm de diamètre dans l’espace extrapleurale gauche (flèche). (B) CT scan obtenu au niveau de l’clavicules montre un 2 cm de diamètre gauche supraclavicular noeud (flèche), qui a été confirmé être métastatique. Cette constatation est définie comme la maladie N3. (C) tomodensitométrie obtenu au niveau du septum interventriculaire montre une grappe de noeuds améliorant peridiaphragmatic gauche (flèche). Notez le, l’amélioration, l’épaississement pleural nodulaire irrégulière et l’épanchement pleural cloisonnée.

Figure 14c. Le mésothéliome malin chez un homme de 56 ans. (une) tomodensitométrie obtenue au niveau de l’oreillette gauche indique un ganglion lymphatique 4 mm de diamètre dans l’espace extrapleurale gauche (flèche). (B) CT scan obtenu au niveau de l’clavicules montre un 2 cm de diamètre gauche supraclavicular noeud (flèche), qui a été confirmé être métastatique. Cette constatation est définie comme la maladie N3. (C) tomodensitométrie obtenu au niveau du septum interventriculaire montre une grappe de noeuds améliorant peridiaphragmatic gauche (flèche). Notez le, l’amélioration, l’épaississement pleural nodulaire irrégulière et l’épanchement pleural cloisonnée.

Article Outils

surspécialités

RELATED POSTS

  • pneumoniae Pseudomonas, Pseudomonas groupe dans les Poumons.

    Par Maricella Estrada Pseudomonas Pneumonie. Pseudomonas [Soo d # 601; m # 7763; ns] Pseudo Ce Qui signifié faux et monas Ce Qui signifié Une Seule unité is a genre de protéobactéries, Qui est…

  • Spots Dans les cheveux, des taches Dans les cheveux.

    Sujet: Spots / scabs Dans les cheveux Je sais Que ACDE Semble banal, Mais il is Vraiment ennuyeux moi. Pour Une raison quelconque, je Semble avoir beaucoup de taches Dans mes cheveux. Pas Tous…

  • Patient Education – Caillots de sang Dans les jambes, pied phlébite.

    Qu’est-ce Qu’un podiatre Quand Appeler médecin non Respecting lignes directrices de base de Soins des pieds Troubles de la cheville et du pied Exercices – Aérobic Toes Exercice CÉS Fitness et…

  • Remèdes pour la douleur dans throat

    9 remèdes maison pour la douleur musculaire Douleur musculaire est pas si grave, mais est vraiment mal à l’aise, et doit être traité dès que les symptômes sont remarqués. Il existe plusieurs…

  • Oxyures et autres parasites dans …

    Oxyures et autres parasites des êtres humains (avec photos) Ascaris Entrez le corps comme des oeufs transportés dans l’eau contaminée, la nourriture ou les mains du sol contaminé. Certains…

  • Polypes Dans Utérus – Symptômes, causes …

    Polypes Dans Utérus # 8211; Les Symptômes, les causes, enlèvement, traitement Sont Les polypes rapide Quels Dans l’utérus? les polypes de l’utérus, des polypes de l’endomètre de l’utérus ous…

Laisser un commentaire