Os Primaire Lymphome radiographiques …

Primaire dél Lymphome: radiographiques&# X2013; MR Imaging Corrélation

Le lymphome primitif de l’os is a affection maligne rare Qui Représente Moins de 5% de toutes ses les tumeurs primitives OSSEUSES (1). Il a also was Appelé sarcome à cellules réticulaires (2), le lymphome malin de l’os (3), et plus recemment osteolymphoma (4). La grande majority des CAS are du type non-hodgkinien, la maladie de Hodgkin Représente 6% des CAS Dans Une série (1). Distinguer lymphome primitif des os d’Autres tumeurs OSSEUSES is importante Parce Que le premier ministre a juin better response au treatment et non Meilleur pronostic. Dans This article, Nous décrivons ET illustrons les Apparences Variees de Lymphome Primitif des os-sur les radiographies ET résonance magnétique (MR) des images standard. Notre discussion is basée sur notre examen des CAS des archives de notre registre des tumeurs et des départements de l’oncologie orthopédique et radiologie diagnostique Qui were pathologiquement Confirmés Comme le lymphome primitif des os. Notre Objectif Est de familiariser le lecteur Avec le spectre des resultats d’imagerie Dans this tumeur maligne rare et d’Relativement I’assureur AINSI orientation juin précoce verser la gestion appropriate.

Caractéristiques Cliniques et histologiques

lymphome primitif des os se produit Dans un grand éventail de patients, âgés de 1 an à 6 mois a 86 ans (fourchette Médiane, 36-52 ans) (5), pic non with de Prévalence chez les patients du 6 au 7 Décennies de La vie. Il is rares Chez les patients âgés de 10 ans Moins de et se produit Un peu plus chez les hommes Souvent (mâle-femme rapport, 1,5 à 1) (6). Les Garcons semblent also être Les affectées, plus fréquemment Que les enfants de sexe féminin (6: 1 ratio) (5). Le fémur is the site Le plus commun (en Particulier le métadiaphyse) et Est affecté Dans 25% des CAS. Les Autres sites are le bassin, humérus, la tête et du cou, et le tibia (7). L’Atteinte vertébrale is pas rare et a eu lieu Dans six des 24 CAS (25%) Examine Dans Une study récente (8).

Le lymphome primitif de l’os se manifeste par des Douleurs OSSEUSES insidieuse et intermittente qui-peut persister pendant des mois. D’Autres signes et Symptômes incluent le gonflement local, juin masse palpable, et les Symptômes systémiques tells Que la Perte de poids et de la fièvre (8). L’Atteinte vertébrale may des Symptômes radiculaires provoquer et may same conduire à juin compression de la moelle épinière (9).

La classification proposed Organisation Mondiale de la santé (OMS) de néoplasmes lymphoïdes (10, 11) Adopte la classification européenne Révisée-américaine de lymphoïdes Tumeurs (REAL), propose par le Groupe d’étude international du lymphome (tableau). ILs have TENTE de définir des Entités pathologiques distinctes basées sur juin combinaison de morphologique, immunophénotypage, genetic et les characteristics Cliniques. AINSI, le classement combiner les characteristics de la formulation de travail et la classification de Kiel. De Façon générale, les types de Trois de lymphome, à savoir la cellule B, cellule T, et la de Hodgkin Et De their énumérés sous-ensembles-maladie Sont. Une discussion DÉTAILLÉE des Différents sous-types is au-delà de la portée de l’article this, et are Dirigés Vers une Version Resümee par Interesses les Lecteurs Chan et al (11).

Bien Que l’Atteinte osseuse de lymphome malin disséminé is pas rare, le lymphome primitif de l’os is rare. Le diagnostic implique l’exclusion De toute preuve de maladie ganglionnaire ous sur la base de diffusées des techniques de mise en scène moderne. Des études pathologiques de lymphome primitif de l’os avant le milieu des annees 1970, when les techniques Actuelles de mise en scène are devenues radiologiques élargisse- DISPONIBLES, doivent Être Interprêtes with ACDE à l’esprit. lymphomes extraganglionnaires primaire (Qui includes les lymphomes OSSEUSES primitives) Sont classés Comme stade E Dans la classification Ann Arbor de les Distinguer AFIN de la forme disséminée de la maladie, Qui porte est un mauvais pronostic (12). non-hodgkinien de le primaire de l’os is rare, Ce Qui Représente environ 4% à 5% des lymphomes extraganglionnaires et moins de 1% de Tous les lymphomes non hodgkiniens (5).

lymphomes osseux primaires are le plus de SOUVENT à grandes Cellules UO petits et Grands lymphomes à cellules mixtes de la lignée de cellules B. Dans Une grande série de la Mayo Clinic (13), 75% de Tous les lymphomes classables ÉTAIENT de Intermédiaire grade (Diffus à grandes cellules petites et mixte OÜ lésions grandes cellules) Dans la formulation de travail. Sur la base de de la classification actuelle de l’OMS, l’écrasante majority des CAS characterized Serait Comme un grand lymphome à cellules B diffus. T-cellules de lymphomes osseux primaires are rares, au Japon Sauf where are Elles déclarées verser 10% des constituer lymphomes osseux primaires (14).

Au microscope de Faible puissance, les lymphomes non hodgkiniens primaires d’os Ontario Une population cellulaire diffuse Qui Infiltré Entre os trabéculaire et la graisse médullaire (15) (figure 1a). temps de en temps, le lymphome de l’os aura juin Morphologie monobroche. Le diagnostic différentiel histologique includes d’Autres Autour infiltrats diffus de cellules (Telles Que Le sarcome d’Ewing et sarcome granulocytaire) ous des sarcomes et des carcinomes métastatiques monobroche fusiformes (tells that the carcinome des cellules Renales). Le diagnostic différentiel is Facilement Résolu par means d’analyse immunohistochimique (figure 1b. 1c). Presque Tous les lymphomes expriment l’antigène leucocytaire commun et des cellules B CD20 Marqueurs de et CD79a. Il N’y a pas histologiques fiables ous characteristics immunocytologic with versez Distinguer lymphome primitif des os de l’Atteinte osseuse secondaire.

la maladie de Hodgkin primaire de l’os is Encore plus rare that the non hodgkinien primaire lymphome de l’os (16 -18). examen Un de 25 patients atteints de la maladie de Hodgkin osseuse (12) a Révélé Que trois patients avaient only des tumeurs OSSEUSES Solitaires et Deux avaient, multifocale, la maladie de Hodgkin osseuse primaire. Encore une fois, et Semblables à des patients presentant ONU Lymphome non hodgkinien de l’Ós, les patients atteints de la maladie de Hodgkin osseux cliniquement symptomatique have pronostic non Similaire A ou légérement Meilleur Que Celui des patients atteints de la maladie de Hodgkin lymphatique seul (12). La maladie de Hodgkin de l’os se manifeste par des lésions Souvent fibreuses Qui contiennent des cellules inflammatoires et Mélanges et disperse cellules variantes de Reed-Sternberg. L’identité of this dernier can be confirmed sur la base de de their modèle immunohistochimique characteristic de réactivité (CD15 et CD30 et CD45 positif négatif). La coloration immunohistochimique Permet à bureaux cellules d’être distinguées des mimétiques, y compris les analogues de cellules de Reed-Sternberg, Qui PEUVENT Être trouvés in the lymphome anaplasique à grandes cellules.

Les Autres critères Pour un diagnostic de lymphome primitif de l’os initialement suggested par Coley en 1950 (2) avec des modifications Mineures are Les Suivantes:. « Lymphome présentation Dans un emplacement osseux with Aucun signe de maladie pendentif Ailleurs at least 6 mois après le diagnostic « La présence de la participation régionale ganglionnaire n’exclut pas non diagnostic de lymphome primitif des os, but la confirmation histologique Du diagnostic is Nécessaire.

L’aspect radiographique de lymphome des os primaire is variables et non CERTAINS AUTEURS Spécifiques (8). Bien Que this Dernière opinion can be reasonable Compte Tenu du large éventail de resultats à partir d’os de l’ONU quasi-normale-à apparaissant juin lytique lésion focale Avec des marges Géographiques à juin sclérotique-lytique lésion mixte à l’ONU diffuse Processus permeative with la destruction corticale et l’implication des tissus mous des exists -il Particularités Dignes de mention. Un tel schéma decrit Comme being typique de l’Atteinte osseuse lymphomateuse is a lésion lytique solitaire près de l’Extrémité d’os non Qui longtemps un motif non permeative ous mitée de destruction et de réaction périostée agressive (19). Ce modèle is a characteristic des tumeurs des cellules rondes (y compris le sarcome d’Ewing et le myélome multiple), ne pas le lymphome is exemple un.

Dans notre évaluation de 20 Cas de histologiquement Prouvé Cas de lymphome primitif des os, Nous Avons Identifié CERTAINS schemes radiographiques. Bien Qué MODELES CES ne pas are Spécifiques au lymphome primitif des os, ILS are similaires à Ceux rapportés Dans la littérature. Nous décrivons en premier, avant de proceder à juin analyser des resultats de l’imagerie IRM, Ce Qui AJOUTE non degré de Spécificité à this diagnostic.

Le motif lytique l’aspect destructif is la radiographique, plus commune de lymphome primitif des os, Comme Il was Rapporté Dans environ 70% des par Mulligan et al EXAMINE 237 CAS (1). Sur Pense Qu’elle résulterait d’ONU facteur de stimulation des ostéoclastes. Le motif lytique can be permeative -caractérisé par de petits raréfactions Nombreux Allongés Qui sont parallèles à l’axe à long de l’os et Relativement uniforme Taille- figure 2) ous mite -un de PLUSIEURS Moyennes ET grandes zones zone motif juin radiotransparence de Dans de mal Margee de l’os (19). Parfois, la lésion may se manifester Avec des zones lytiques focales Avec des marges bien définies (Fig 3).

corticale percée, fractures pathologiques (Dans environ 25% des AR) (figure 4a), et des tissus mous masses representent non plus de modèle d’implication et agressif d’est un mauvais pronostic (19). corticale percée, Qui se refere à juin interruption soudaine de la continuité du cortex, Était vu better à la tomodensitométrie (TDM) Dans notre expérience (Fig 5b) et en corrélation Avec Une tumeur, plus agressive. CT Subsequent also démontré (figure 5b), les resultats Qui were rapportés Dans les lymphomes osseux (20).

réaction périostée was Rapporté Dans environ 60% des CAS et can be lamellé Soit ous en couches, Dans Lequel des canapés de tissu périostique are VUs parallélement à l’axe à long de l’os (also Appelé l’apparence de peau d’oignon), ous Cassé, when cesser ous os périoste interrompue nouvel is vu. Ce volet de l’os dernier périostique perturbé is Considéré Comme un signe radiographique utile Qui Indique est un mauvais pronostic (figure 6).

blastiques-sclérotique are rares in the lymphome primitif des os par rapport à des Principalement non lymphome de métastases OSSEUSES. Cependant, juin lytique lésion mixte Avec Des zones sclérosées can be vu (figures 7 -9). Changements sclérotiques Dans Le lymphome primitif des os PEUVENT Sembler rares, being Donné Que les Deux types de lymphome, il is the de Hodgkin de l’os maladie (le sous-type de lymphome de Moins fréquent primitif des os) Qui ont tendance A être sclérosée et same Dans la maladie de Hodgkin, des lésions lytiques prédominantes) (16). zones sclérotiques PEUVENT toutefois se develop Dans motif non à l’origine lytique après le treatment (l’irradiation et la chimiothérapie).

Constatations de la ou « proche de la normale »

Une third tendance OBSERVEE et décrite in the lymphome primitif des os is la quasi-absence D’anomalies détectables sur les radiographies standard (21). Cas with des radiographies remarquablement apparence normale des anomalies PEUVENT Presenter frappantes sur scintigraphie osseuse et les images IRM (fig 10. 11). Par Conséquent, chez les patients presentant des Symptômes, Mais les resultats radiographiques négatifs, juin évaluation, plus poussée Avec Une Deuxième modalité, plus sensibles tells Que la scintigraphie ous l’IRM is essentielle.

MR Imaging Caractéristiques

Avant d’envisager le diagnostic différentiel, il Faut examinateur brièvement non sous-type de lymphome radiographique Dans Lequel, plus d’os non is affecté, sous le nom Connu de lymphome osseux multifocale primaire. Bien Que les Autres critères originaux de Coley la participation d’impliquait non os solitaire, l’expansion de juin was suggested par Ostrowski et al (13) en 1986, Quand ILS Ont TENTE de subdiviser Le Lymphome Osseux en Quatre Groupes. Dans their classement, le groupe 1 Était composé de lymphome primitif des os solitaire, et le groupe 2 EnGlobe les CAS where ainsi que d’os non was affectée, but Aucune maladie ganglionnaire ous viscérale Était present. (Groupes 3 et 4 inclus CAS with ganglionnaire Atteinte ous viscérale lointain). La Difficulté et la controverse Avec la participation multifocale discutée par Ostrowski et al is à Distinguer les CAS with PLUSIEURS des sites osseux (par exemple, groupe 2) à partir de juin Ceux Ayant maladie disséminée (C.-à-, les Groupes 3 et 4 ), Ce Qui aurait versez effet de les exclure d’être appeles lymphomes osseux primaires. En conséquence, les auteurs ne considèrent CERTAINS pas le lymphome osseux multifocale du tout, Alors Que d’Autres have may-être exclue de their études. Les auteurs Qui soutiennent le concept de have OBSERVER that the lymphome osseux multifocale un juin prédilection Pour Les os autour du genou, Semblable au modèle de lymphome primitif des os solitaire. En fait, par Melamed et al suggested Comme (23), la COMBINAISON D’anomalies scintigraphiques Dans le tibia proximal, Le fémur distal, et le crâne est tres rare Dans la maladie métastatique et may, par Conséquent, le diagnostic de suggérer lymphome osseux multifocale primaire.

Une apparence permeative ous mitée in the métadiaphyse Sur une radiographie is pas unique, au lymphome primitif des os et can be vu Dans d’Autres conditions Telles Que l’ostéosarcome, métastatique maladie juin, et same non lymphome osseux secondaire. Bien qua non pathognomonique de lymphome primitif des os, juin characteristic is the radiographique Importante présence d’ONU Processus lytique à l’Extrémité d’os Un long Avec Une réaction périostée agressive. lymphome secondaire ous métastatique is indiscernable de lymphome primitif des sans os surveillance l’ensemble du corps verser la source de diagnostiquer. This may Enquête INCLURE CT de l’ensemble du corps (Qui est éffectuée Souvent Quand le site non is Identifié lymphomateuse osseuse), La tomographie nominale émission de positrons, ous same l’analyse de la moelle osseuse. Malheureusement, ostéosarcomes can be Similaire à remarquablement lymphome non, en Particulier chez les Jeunes patients chez l’are Lesquels Les Anciens majoré Fréquentes. Une characteristic Importante is the présence d’ONU séquestre Dans la lésion qui-peut suggérer le diagnostic de lymphome (figure 5). En Ce Qui Concerne la maladie métastatique, la multiplicité des lésions, their localisation (Qui, contrairement à l’ONU ne pas lymphome PEUVENT Être le temps de la surface articulaire), et la présence d’Une lésion primaire Ailleurs may secouriste à orienteur le diagnostic.

Un MR fonction d’imagerie Qui suggested des Processus infiltrants tells Que les lymphomes et le sarcome d’Ewing is le remplacement de la moelle osseuse, en Particulier Dans Le cadre des Résultats de quasi-normale. Une Autre characteristic et encore, plus précis des tumeurs des cellules rondes Telles Que Le lymphome is la destruction corticale Relativement minime en présence D’une vaste tissus mous et l’implication de la moelle. L’observation de bureaux Deux d’l’ONU de factors Chez les patients lymphome d’os va suspecté ajouter non degré additional de sécurité Pour le diagnostic.

Enfin, l’examen du lymphome Dans le diagnostic différentiel approprié is importante de Veiller à this Qu’un échantillon de biopsie adéquate Soit obtenue versez l’immunophénotypage et d’Autres analyses.

Le Traitement du lymphome primitif des os is controversée, et il N’y a pas de consensus en CE Qui concerne la radiothérapie (8, 24). Un certain Nombre de postes d’auteurs Traiter le lymphome primitif des os with la chimiothérapie Comme le pilier et l’utilisation de la radiothérapie adjuvante (9, 25). Le treatment optimal n’à pas was specified et is encore l’objet de débats (26).

D’une Manière générale, les patients d’la non lymphome des os primaire monostotique Traités par association juin de la radiothérapie et de la chimiothérapie font bien. Un Taux de survie à 5 ans au total de 83% was OBSERVEE Dans Une study réalisée par Tondini et al (27). Le Taux global de survie à 5 ans is better Que Celle de la Plupart des Autres tumeurs Malignes OSSEUSES primaires. Verser this raison, la reconnaissance de lymphome Comme une cause possible verser les resultats radiologiques décrits is importants.

La présence d’un, permeative, lésion metadiaphyseal solitaire Avec Une réaction périostée en couches sur les radiographies standards et Une masse des tissus mous sur les images IRM, en Particulier chez des patients non age de 30 ans, est tres évocatrice d’lymphome non. Le CAS D’UN diagnostic de lymphome primitif des os is encore renforcée si la masse et la moelle des Changements des tissus mous are associés étonnamment peu destruction corticale.

Cependant, le lymphome primitif des os may apparaitre près de la normale sur les radiographies standard, et Une seconde modalité, est comme la scintigraphie osseuse ou L’IRM devrait Être used. Bien Qu’une scintigraphie is utile versez l’arpentage l’ensemble du squelette, les images IRM aident à EVALUER l’Étendue Exacte de la participation locale.

Évaluation de nos Cas A INDIQUE Que les lésions lytiques et Ceux with motif non permeative sur les radiographies were Presque Toujours associés à des masses des tissus mous, Qui were VUs better sur les images IRM. CT is utile versez Détecter l’érosion corticale, Ce Qui démontre séquestre un, et des conseils de biopsie.

La figure 1a. Motif lytique permeative. (Une) Microphotographie (grossissement × 200 d’origine; hématoxyline-éosine), D’une lésion médullaire du lymphome des os primaire revele le remplacement d’éléments diffus de la moelle osseuse par les grands lymphocytes atypiques Avec de gros noyaux et Une petite quantity de cytoplasme eosinophile. (Avant JC) Photomicrographies (agrandissement original, × 100; immunoperoxydase tache) Que montrent les cellules atypiques colorent FORTEMENT verser l’antigène leucocytaire commun (B) Mais négativement verser tache cytokératine (C). D’AUTRES essais have Montré Que les cellules colorées Positivement verser l’antigène des cellules B. (Pour les images radiologiques, voir la figure 2).

Figure 1b. Motif lytique permeative. (Une) Microphotographie (grossissement × 200 d’origine; hématoxyline-éosine), D’une lésion médullaire du lymphome des os primaire revele le remplacement d’éléments diffus de la moelle osseuse par les grands lymphocytes atypiques Avec de gros noyaux et Une petite quantity de cytoplasme eosinophile. (Avant JC) Photomicrographies (agrandissement original, × 100; immunoperoxydase tache) Que montrent les cellules atypiques colorent FORTEMENT verser l’antigène leucocytaire commun (B) Mais négativement verser tache cytokératine (C). D’AUTRES essais have Montré Que les cellules colorées Positivement verser l’antigène des cellules B. (Pour les images radiologiques, voir la figure 2).

Figure 1c. Motif lytique permeative. (Une) Microphotographie (grossissement × 200 d’origine; hématoxyline-éosine), D’une lésion médullaire du lymphome des os primaire revele le remplacement d’éléments diffus de la moelle osseuse par les grands lymphocytes atypiques Avec de gros noyaux et Une petite quantity de cytoplasme eosinophile. (Avant JC) Photomicrographies (agrandissement original, × 100; immunoperoxydase tache) Que montrent les cellules atypiques colorent FORTEMENT verser l’antigène leucocytaire commun (B) Mais négativement verser tache cytokératine (C). D’AUTRES essais have Montré Que les cellules colorées Positivement verser l’antigène des cellules B. (Pour les images radiologiques, voir la figure 2).

La figure 2a. Motif lytique permeative. (Une) Radiographie d’une femme de 56 ans montre les Changements au sein de l’juin perméabilité fémur distal. (B) l’image pondérée en T2 coronale (Temps de répétition msec / temps d’écho msec = 3000/90) forte intensité juin present de signaler Dans la moelle et des masses des tissus mous (Associés flèches). (C) Amélioré matériel de contraste d’image sagittale pondérée en T1 (600/30) montre les zones d’improvement au sein de la lésion médullaire et Une masse des tissus mous de la face à postérieure du fémur (flèche). (ré) Vue latérale Obtenu 6 ans après l’irradiation et la chimiothérapie d’association montre les Changements sclérosées Liés à la thérapie.

Figure 2b. Motif lytique permeative. (Une) Radiographie d’une femme de 56 ans montre les Changements au sein de l’juin perméabilité fémur distal. (B) l’image pondérée en T2 coronale (Temps de répétition msec / temps d’écho msec = 3000/90) forte intensité juin present de signaler Dans la moelle et des masses des tissus mous (Associés flèches). (C) Amélioré matériel de contraste d’image sagittale pondérée en T1 (600/30) montre les zones d’improvement au sein de la lésion médullaire et Une masse des tissus mous de la face à postérieure du fémur (flèche). (ré) Vue latérale Obtenu 6 ans après l’irradiation et la chimiothérapie d’association montre les Changements sclérosées Liés à la thérapie.

Figure 2c. Motif lytique permeative. (Une) Radiographie d’une femme de 56 ans montre les Changements au sein de l’juin perméabilité fémur distal. (B) l’image pondérée en T2 coronale (Temps de répétition msec / temps d’écho msec = 3000/90) forte intensité juin present de signaler Dans la moelle et des masses des tissus mous (Associés flèches). (C) Amélioré matériel de contraste d’image sagittale pondérée en T1 (600/30) montre les zones d’improvement au sein de la lésion médullaire et Une masse des tissus mous de la face à postérieure du fémur (flèche). (ré) Vue latérale Obtenu 6 ans après l’irradiation et la chimiothérapie d’association montre les Changements sclérosées Liés à la thérapie.

La figure 2d. Motif lytique permeative. (Une) Radiographie d’une femme de 56 ans montre les Changements au sein de l’juin perméabilité fémur distal. (B) l’image pondérée en T2 coronale (Temps de répétition msec / temps d’écho msec = 3000/90) forte intensité juin present de signaler Dans la moelle et des masses des tissus mous (Associés flèches). (C) Amélioré matériel de contraste d’image sagittale pondérée en T1 (600/30) montre les zones d’improvement au sein de la lésion médullaire et Une masse des tissus mous de la face à postérieure du fémur (flèche). (ré) Vue latérale Obtenu 6 ans après l’irradiation et la chimiothérapie d’association montre les Changements sclérosées Liés à la thérapie.

Figure 3a. motif lytique with des marges bien définies. (Une) Radiographie d’une femme de 77 ans montre juin grande Mais assez bien définies lésion lytique (flèches) du tibia proximal Qui Semble LONGUES PÉRIODES supérieurement in the plateau tibial. (B) sagittale T2 pondérée (3030/70) Indique Que la lésion is confinée à l’intérieur de la moelle, but se Prolonge supérieurement in the visage anterieure du tibia proximal (têtes de flèches). Aucune masse de tissu mou is vu.

Figure 3b. motif lytique with des marges bien définies. (Une) Radiographie d’une femme de 77 ans montre juin grande Mais assez bien définies lésion lytique (flèches) du tibia proximal Qui Semble LONGUES PÉRIODES supérieurement in the plateau tibial. (B) sagittale T2 pondérée (3030/70) Indique Que la lésion is confinée à l’intérieur de la moelle, but se Prolonge supérieurement in the visage anterieure du tibia proximal (têtes de flèches). Aucune masse de tissu mou is vu.

La figure 4a. destruction corticale. (Une) Radiographie Plaine d’un homme de 24 ans avec la douleur au coude droit montre juin fracture pathologique par le cubitus et juin Nettement érodé vaste percée corticale. Une masse de tissu mou is also Considéré. (Avant JC) l’image STIR coronale (4800/30; angle de bascule, 180 °) (B) et T1 axiale pondérée contraste de l’image Améliorée (700/12; angle de bascule, 90 °) (C) noceur juin grande masse et de la moelle implication des tissus mous. sur c. des zones de nécrose VUs are in the partie des tissus mous de la lésion.

Figure 4b. destruction corticale. (Une) Radiographie Plaine d’un homme de 24 ans avec la douleur au coude droit montre juin fracture pathologique par le cubitus et juin Nettement érodé vaste percée corticale. Une masse de tissu mou is also Considéré. (Avant JC) l’image STIR coronale (4800/30; angle de bascule, 180 °) (B) et T1 axiale pondérée contraste de l’image Améliorée (700/12; angle de bascule, 90 °) (C) noceur juin grande masse et de la moelle implication des tissus mous. sur c. des zones de nécrose VUs are in the partie des tissus mous de la lésion.

Figure 4c. destruction corticale. (Une) Radiographie Plaine d’un homme de 24 ans avec la douleur au coude droit montre juin fracture pathologique par le cubitus et juin Nettement érodé vaste percée corticale. Une masse de tissu mou is also Considéré. (Avant JC) l’image STIR coronale (4800/30; angle de bascule, 180 °) (B) et T1 axiale pondérée contraste de l’image Améliorée (700/12; angle de bascule, 90 °) (C) noceur juin grande masse et de la moelle implication des tissus mous. sur c. des zones de nécrose VUs are in the partie des tissus mous de la lésion.

Figure 5a. Motif lytique sequestrum non with. (Une) Radiographie Frontal d’ONU 83-year-old man aspect revele non marbré du condyle fémoral médian droit. (B) Axial scanner CT montre la destruction du condyle fémoral interne, la formation de Subsequent (flèche), et l’érosion corticale Avec Une petite masse de tissu mou (pointes de flèches).

La figure 5b. Motif lytique sequestrum non with. (Une) Radiographie Frontal d’ONU 83-year-old man aspect revele non marbré du condyle fémoral médian droit. (B) Axial scanner CT montre la destruction du condyle fémoral interne, la formation de Subsequent (flèche), et l’érosion corticale Avec Une petite masse de tissu mou (pointes de flèches).

Figure 6a. périostée réaction. (Une) Radiographie Frontal d’un garçon de 9 ans, montre l’évolution de l’arbre juin perméabilité fémorale distale Avec Une réaction périostée dense. (B) Vue latérale montre le stratifié et Clairement interrompu réaction périostée (flèche), juin characteristic des tumeurs des cellules rondes, y compris les lymphomes et le sarcome d’Ewing. (C) Image axiale en T2 pondérée (4500/80) revele la nature circonférentielle de la masse des tissus mous et de la moelle anormale. Remarque amyotrophie des muscles du côté affecté.

Figure 6b. périostée réaction. (Une) Radiographie Frontal d’un garçon de 9 ans, montre l’évolution de l’arbre juin perméabilité fémorale distale Avec Une réaction périostée dense. (B) Vue latérale montre le stratifié et Clairement interrompu réaction périostée (flèche), juin characteristic des tumeurs des cellules rondes, y compris les lymphomes et le sarcome d’Ewing. (C) Image axiale en T2 pondérée (4500/80) revele la nature circonférentielle de la masse des tissus mous et de la moelle anormale. Remarque amyotrophie des muscles du côté affecté.

Figure 6c. périostée réaction. (Une) Radiographie Frontal d’un garçon de 9 ans, montre l’évolution de l’arbre juin perméabilité fémorale distale Avec Une réaction périostée dense. (B) Vue latérale montre le stratifié et Clairement interrompu réaction périostée (flèche), juin characteristic des tumeurs des cellules rondes, y compris les lymphomes et le sarcome d’Ewing. (C) Image axiale en T2 pondérée (4500/80) revele la nature circonférentielle de la masse des tissus mous et de la moelle anormale. Remarque amyotrophie des muscles du côté affecté.

La figure 7a. motif lytique-sclérotique mixte. (Une) Radiographiques Frontal d’une femme de 24 ans montre aspect non Principalement sclérotique DU fémur distal AVEC QUELQUES zones lytiques. (B) l’image STIR coronale (4800/30; angle de bascule, 180 °) revele l’intensité du involving signaler le condyle AUGMENTE Principalement médial. Bien Que l’érosion corticale is vu (flèche), il N’y une indication Aucune D’une masse de tissu mou definition. (C, D) images Axial T1-pondérés (800/12; angle de bascule de 180 °) obtenues avant (C) Et après (ré) l’administration du produit de contraste revele l’improvement de la lésion Dans le condyle fémoral médian.

La figure 7b. motif lytique-sclérotique mixte. (Une) Radiographiques Frontal d’une femme de 24 ans montre aspect non Principalement sclérotique DU fémur distal AVEC QUELQUES zones lytiques. (B) l’image STIR coronale (4800/30; angle de bascule, 180 °) revele l’intensité du involving signaler le condyle AUGMENTE Principalement médial. Bien Que l’érosion corticale is vu (flèche), il N’y une indication Aucune D’une masse de tissu mou definition. (C, D) images Axial T1-pondérés (800/12; angle de bascule de 180 °) obtenues avant (C) Et après (ré) l’administration du produit de contraste revele l’improvement de la lésion Dans le condyle fémoral médian.

Figure 7c. motif lytique-sclérotique mixte. (Une) Radiographiques Frontal d’une femme de 24 ans montre aspect non Principalement sclérotique DU fémur distal AVEC QUELQUES zones lytiques. (B) l’image STIR coronale (4800/30; angle de bascule, 180 °) revele l’intensité du involving signaler le condyle AUGMENTE Principalement médial. Bien Que l’érosion corticale is vu (flèche), il N’y une indication Aucune D’une masse de tissu mou definition. (C, D) images Axial T1-pondérés (800/12; angle de bascule de 180 °) obtenues avant (C) Et après (ré) l’administration du produit de contraste revele l’improvement de la lésion Dans le condyle fémoral médian.

La figure 7D. motif lytique-sclérotique mixte. (Une) Radiographiques Frontal d’une femme de 24 ans montre aspect non Principalement sclérotique DU fémur distal AVEC QUELQUES zones lytiques. (B) l’image STIR coronale (4800/30; angle de bascule, 180 °) revele l’intensité du involving signaler le condyle AUGMENTE Principalement médial. Bien Que l’érosion corticale is vu (flèche), il N’y une indication Aucune D’une masse de tissu mou definition. (C, D) images Axial T1-pondérés (800/12; angle de bascule de 180 °) obtenues avant (C) Et après (ré) l’administration du produit de contraste revele l’improvement de la lésion Dans le condyle fémoral médian.

Figure 8. motif lytique-sclérotique mixte. Radiographie Frontal de l’épaule gauche Dans un homme de 44 ans, revele juin sclérotique involving le lésion Processus coracoïde et se prolongeant Dans la glène. Aucune IRM was réalisée, est comme la biopsie was éffectuée with guidage fluoroscopique.

La figure 9. motif lytique-sclérotique mixte. Radiographie Frontal de l’épaule gauche de 83 ans-femme revele juin expansible, Principalement lytique de l’lésion omoplate. La lésion légérement HNE, plus grand Que Celui Montré sur la figure 8. Aucune imagerie par résonance magnétique was éffectuée.

Figure 10a. les resultats radiographiques subtiles. (Une) Radiographie Frontal du fémur droit chez une femme de 31 ans avec une histoire de 10 mois de la douleur à la cuisse droite Était insipide. En raison de la douleur du patient, continuer, l’ensemble du corps scintigraphie osseuse was éffectuée verser métastases possibles exclure. (B) Anterior et Une vue postérieure de la scintigraphie osseuse du corps entier révèlent l’absorption d’un AUGMENTE Dans la diaphyse du fémur droit. (C) l’image pondérée en T1 coronale (400/14) revele Deux lésions Dans la moelle de la diaphyse fémorale. Aucune érosion corticale ou La masse des tissus mous was vu.

Figure 10b. les resultats radiographiques subtiles. (Une) Radiographie Frontal du fémur droit chez une femme de 31 ans avec une histoire de 10 mois de la douleur à la cuisse droite Était insipide. En raison de la douleur du patient, continuer, l’ensemble du corps scintigraphie osseuse was éffectuée verser métastases possibles exclure. (B) Anterior et Une vue postérieure de la scintigraphie osseuse du corps entier révèlent l’absorption d’un AUGMENTE Dans la diaphyse du fémur droit. (C) l’image pondérée en T1 coronale (400/14) revele Deux lésions Dans la moelle de la diaphyse fémorale. Aucune érosion corticale ou La masse des tissus mous was vu.

La figure 10c. les resultats radiographiques subtiles. (Une) Radiographie Frontal du fémur droit chez une femme de 31 ans avec une histoire de 10 mois de la douleur à la cuisse droite Était insipide. En raison de la douleur du patient, continuer, l’ensemble du corps scintigraphie osseuse was éffectuée verser métastases possibles exclure. (B) Anterior et Une vue postérieure de la scintigraphie osseuse du corps entier révèlent l’absorption d’un AUGMENTE Dans la diaphyse du fémur droit. (C) l’image pondérée en T1 coronale (400/14) revele Deux lésions Dans la moelle de la diaphyse fémorale. Aucune érosion corticale ou La masse des tissus mous was vu.

Figure 11a. les resultats radiographiques subtiles. (Une) Radiographie Frontal de l’humérus Droit dans un homme de 42 ans, revele juin permeative apparence subtile du niveaux proximal de l’os. (B) Vue anterieure D’une scintigraphie osseuse du corps entier montre l’absorption diffuse involving Presque Toute la Moitié proximale de l’humérus droit. (C, D) coronale pondérée en T1 (488/14) (C) et STIR T2 pondération (3400/70) (ré) les images montrent Que la lésion is Associée à juin Faible masse de tissus mous, CE Qui est visible sur better l’image STIR (flèches).

Figure 11b. les resultats radiographiques subtiles. (Une) Radiographie Frontal de l’humérus Droit dans un homme de 42 ans, revele juin permeative apparence subtile du niveaux proximal de l’os. (B) Vue anterieure D’une scintigraphie osseuse du corps entier montre l’absorption diffuse involving Presque Toute la Moitié proximale de l’humérus droit. (C, D) coronale pondérée en T1 (488/14) (C) et STIR T2 pondération (3400/70) (ré) les images montrent Que la lésion is Associée à juin Faible masse de tissus mous, CE Qui est visible sur better l’image STIR (flèches).

Figure 11c. les resultats radiographiques subtiles. (Une) Radiographie Frontal de l’humérus Droit dans un homme de 42 ans, revele juin permeative apparence subtile du niveaux proximal de l’os. (B) Vue anterieure D’une scintigraphie osseuse du corps entier montre l’absorption diffuse involving Presque Toute la Moitié proximale de l’humérus droit. (C, D) coronale pondérée en T1 (488/14) (C) et STIR T2 pondération (3400/70) (ré) les images montrent Que la lésion is Associée à juin Faible masse de tissus mous, CE Qui est visible sur better l’image STIR (flèches).

Figure 11d. les resultats radiographiques subtiles. (Une) Radiographie Frontal de l’humérus Droit dans un homme de 42 ans, revele juin permeative apparence subtile du niveaux proximal de l’os. (B) Vue anterieure D’une scintigraphie osseuse du corps entier montre l’absorption diffuse involving Presque Toute la Moitié proximale de l’humérus droit. (C, D) coronale pondérée en T1 (488/14) (C) et STIR T2 pondération (3400/70) (ré) les images montrent Que la lésion is Associée à juin Faible masse de tissus mous, CE Qui est visible sur better l’image STIR (flèches).

Figure 12a. MR apparition d’imagerie. (Une) coronale pondérée en T2 graisse supprimée (4100/102) d’une femme de 21 ans, revele juin grande lésion in the fémur distal droit Avec Une masse de tissu mou qu’associé. Radiographie Plain (non Représenté) was Signale à Montré Avoir juin lytique lésion. (B) l’image pondérée en T2 sagittale (4100/102) revele l’Étendue postérieure de la masse de tissu mou, Qui a amplement le site juin Fourni verser biopsie juin.

Figure 12b. MR apparition d’imagerie. (Une) coronale pondérée en T2 graisse supprimée (4100/102) d’une femme de 21 ans, revele juin grande lésion in the fémur distal droit Avec Une masse de tissu mou qu’associé. Radiographie Plain (non Représenté) was Signale à Montré Avoir juin lytique lésion. (B) l’image pondérée en T2 sagittale (4100/102) revele l’Étendue postérieure de la masse de tissu mou, Qui a amplement le site juin Fourni verser biopsie juin.

Figure 13a. MR apparition d’imagerie. (Une) Radiographie Frontal du genou droit DANS UN HOMME de 31 ans Ayant des antécédents de Blessures au genou revele juin lytique et sclérosée lésion mixte Dans le fémur distal. (B) l’image pondérée en T1 coronale (600/15) montre la lésion médullaire à l’érosion Principalement corticale minime. (C) Image axiale en T2 pondérée (2500/80) montre also le Composant intramédullaire, AINSI Que d’Un petit épanchement articulaire. L’analyse de l’échantillon de biopsie a Révélé non hodgkinien lymphome primaire de l’os.

Figure 13b. MR apparition d’imagerie. (Une) Radiographie Frontal du genou droit DANS UN HOMME de 31 ans Ayant des antécédents de Blessures au genou revele juin lytique et sclérosée lésion mixte Dans le fémur distal. (B) l’image pondérée en T1 coronale (600/15) montre la lésion médullaire à l’érosion Principalement corticale minime. (C) Image axiale en T2 pondérée (2500/80) montre also le Composant intramédullaire, AINSI Que d’Un petit épanchement articulaire. L’analyse de l’échantillon de biopsie a Révélé non hodgkinien lymphome primaire de l’os.

Figure 13c. MR apparition d’imagerie. (Une) Radiographie Frontal du genou droit DANS UN HOMME de 31 ans Ayant des antécédents de Blessures au genou revele juin lytique et sclérosée lésion mixte Dans le fémur distal. (B) l’image pondérée en T1 coronale (600/15) montre la lésion médullaire à l’érosion Principalement corticale minime. (C) Image axiale en T2 pondérée (2500/80) montre also le Composant intramédullaire, AINSI Que d’Un petit épanchement articulaire. L’analyse de l’échantillon de biopsie a Révélé non hodgkinien lymphome primaire de l’os.

article Outils

surspécialités

RELATED POSTS

  • Primaire Lymphome hépatique A Challenging …

    Primaire Lymphome hépatique: Un diagnostic Challenging 1 Département de Pathologie, Hôpital général Tzaneion, 185 36 Pirée, Grèce 2 2e Département de chirurgie, Hôpital universitaire…

  • B lymphome cellulaire médiastinale primaire …

    lymphome à cellules B médiastinale primaire et lymphome de la zone grise médiastinale: ont-ILS Besoin d’Une approche thérapeutique unique? abstrait B lymphome cellulaire médiastinale primaire…

  • Lymphome primaire de l’os, le lymphome de la colonne vertébrale.

    Lymphome primaire des os Le lymphome primitif de l’os (PLB) is a type rare de cancer à partir de l’os, il Représente environ 7% de Toutes les Tumeurs OSSEUSES primitives. Lymphome commence…

  • B lymphome cellulaire médiastinale primaire …

    J Clin Oncol. 1993 décembre; 11 (12): 2306-13. abstrait Objectif: EVALUER les characteristics cliniques de la présentation, le morphologique et le modèle immunohistochimique, la modalité de…

  • lymphome non hodgkinien osseuse primaire …

    lymphome non hodgkinien osseuse primaire de la colonne cervicale: rapport non de CAS introduction Le lymphome non hodgkinien Provenant de l’os Principalement is Extrêmement rare. À notre…

  • le lymphome non hodgkinien … primaire

    Citation Leuk Lymphoma. 1998 avril; 29 (3-4): 293-9. abstrait le lymphome non hodgkinien primaire du foie is sous-ensemble non de lymphome rare Extrêmement Qui Présente Souvent des difficultés…

Laisser un commentaire